h1 ACTUALITE L'actualité des lanceurs spatiaux dans le monde

09/09/2016 - OSIRIS-Rex en route pour l’astéroïde Bennu

ActualitéLa sonde OSIRIS-Rex a été lancée la nuit dernière de Floride pour une ambitieuse mission à destination de l’astéroïde Bennu - Photo United Launch Alliance (Agrandir)

La sonde OSIRIS-Rex a été lancée la nuit dernière de Floride pour une ambitieuse mission à destination de l’astéroïde Bennu.

OSIRIS-Rex est l’acronyme de Origins-Spectral Interpretation-Resource Identification-Security-Regolith Explorer . La mission fait partie du programme New Frontiers de la Nasa qui regroupe les missions d'exploration du système solaire dont le coût est plafonné à un milliard de dollars, lancement non compris.

L’objectif de cette nouvelle mission américaine est de ramener sur Terre un petit bout de cet astre de 492 m de long. Après son lancement de Cap Canaveral, OSIRIS-Rex mettra deux ans pour rejoindre Bennu. Elle n’empruntera pas une route directe mais une boucle autour du Soleil qui l’amènera à croiser la Terre en septembre 2017 pour gagner de la vitesse et arriver à destination onze mois plus tard. Dans un premier temps, la sonde se placera en orbite autour de l’astéroïde pour en dresser une cartographie complète et repérer le site idéal pour prélever des échantillons de roche. Les choses sérieuses débuteront en juillet 2020 avec la collecte à l’endroit choisi par l’équipe scientifique. Au préalable, deux répétitions générales seront réalisées mais sans contact avec le sol, afin de s’assurer que tout se déroulera conformément au plan préétabli le jour J.

La récupération des échantillons ne sera pas une mince affaire. OSIRIS-Rex ralentira sa vitesse pour qu’elle ne soit plus que 10 cm/s avant de déployer un bras long 3,2 m au bout duquel se trouve le système de prélèvement TAGSAM. La sonde devra être suffisamment proche de la surface de l’astéroïde pour que le collecteur entre en contact avec le régolite. Il aura alors cinq secondes pour prélever de la roche avant de se rétracter. Le système est conçu pour réaliser trois collectes. L'objectif est de prélever au moins 60 grammes mais le système permet d’aller jusqu'à 2 kg. La récolte est ensuite stockée dans une capsule hermétique et dotée d’un bouclier thermique. Une fois l’opération réussie, OSIRIS-Rex ne reviendra pas de suite. Elle devra encore patienter jusqu’en mars 2021, date à laquelle la position de la Terre sera favorable pour un retour direct prévu le 24 septembre 2023. Ce jour là, la sonde se séparera de la capsule contenant les échantillons. Celle-ci se posera sur une base militaire dans l’Utah avant d’être transférée dans les laboratoires. Quant à la sonde, elle manœuvrera pour éviter la Terre et se placer sur une orbite héliocentrique stable.

Bennu est un astéroïde découvert en 1999 lors d’une séance d’observation dans le cadre du programme Lincoln Near-Earth Asteroid Research qui vise à détecter le maximum d’astres errants dans notre système solaire. Il porte le nom d'un oiseau mythique de l'ancienne Egypte, un héron cendré dont la légende serait l'ancêtre de celle du phénix. Il est catalogué comme géocroiseur, c'est-à-dire qu’au cours de son orbite autour du Soleil, il croise celle de la Terre et représente par la même occasion une menace pour notre planète. Selon les estimations actuelles, il y a une probabilité de un sur 1 800 pour que Bennu percute la Terre en 2182. L’analyse spectrographique suggère que l’astéroïde serait composé principalement de chondres, petites billes de quelques centaines de microns majoritairement composés de silicates.

OSIRIS-Rex n’est pas la première mission du genre. Le Japon a déjà relevé le défi avec la sonde Hayabusa. En juin 2010, elle ramenait sur Terre des échantillons prélevés sur l’astéroïde Itokawa. Elle devrait réitérer l’exploit avec Hayabusa 2. Dans le courant de l’été 2018, la sonde devrait recueillir de la poussière provenant de l’astéroïde Ryugu.



Philippe VOLVERT