Les adieux à Rosetta

Publié par Philippe VOLVERT le 30-09-2016

La mission Rosetta s'est achevée ce vendredi à 11 heures 19 TU lorsque la sonde européenne s'est posée sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko - Photo ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA

La mission Rosetta s'est achevée ce vendredi à 11 heures 19 TU lorsque la sonde européenne s'est posée sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. C'est à cet instant précis que le centre de contrôle de Darmstadt en Allemagne a perdu définitivement le contact avec l'engin, mettant un terme à l'une des missions européennes les plus prestigieuses.

L'aventure Rosetta a débuté le 02 mars 2004 lors de son lancement par une fusée Ariane 5 depuis Kourou. Il faudra dix ans à la sonde pour atteindre son objectif, la comète Churyumov-Gerasimenko. Lorsqu'elle arrive à destination en août 2014, elle a déjà parcouru près de 8 milliards de kilomètres, survolé trois fois la Terre et une fois la planète Mars, et rencontré sur sa route deux astéroïdes.

La moisson scientifique de la mission a débuté avant même que la sonde se place en orbite autour de la comète. Les premiers clichés réceptionnés en juillet 2014 ont révélé la forme particulière de l'astre glacé. Constitué de deux lobes distincts, ils se seraient accolés l'un à l'autre l'occasion d'une collision à basse vitesse survenue dans les tout premiers temps du Système solaire.

L'analyse chimique des gaz s'échappant du noyau cométaire indique la présence de molécules d'oxygène et d'azote ainsi que d'eau, d'une constitution différente à celle des océans terrestres. Cette dernière découverte remet en question l'origine de l'eau présente sur notre planète. Jusqu'ici, il était coutume de penser que les comètes en étaient la cause. Force est de constater que ce n'est pas le cas, ou du moins dans la quantité qu'il y a sur notre planète.

Rosetta a également mis en évidence la présence de composés organiques dont la glycine, acide aminé généralement présent dans les protéines et le phosphore, composant essentiel de l'ADN. Les comètes ont-elles apporté des ingrédients jugés nécessaires à l'apparition de la vie?

Rosetta n'était pas la seule à avoir embarqué dans l'aventure. Elle emmenait avec elle l'atterrisseur Philae. Après avoir rebondi plusieurs fois, il se pose dans une fissure obscure de la comète le 12 novembre 2014. Au bout de trois jours, le contact est perdu avec le robot et n'est récupéré que sporadiquement dans le courant de l'été 2015 alors que la comète est au plus près du Soleil. Après plusieurs tentatives infructueuses, l'agence spatiale européenne abandonne définitivement tout espoir de renouer avec Philae. Pourtant, Rosetta finira par le retrouver en septembre dernier, caché à l'ombre d'une paroi de glace. Mais malheureusement, cela faisait déjà des mois que le robot avait rendu l'âme, faute de pouvoir recharger ses batteries pour maintenir une température minimale de fonctionnement. Ce vendredi, Rosetta l'a rejoint. Ensemble, ils poursuivront en silence leur ronde autour du Soleil, sur le dos de la comète Churyumov-Gerasimenko.